Polar/thriller·Roman noir

Le Baiser de l’Ogre, Elsa Roch- Editions Calmann-Lévy Noir

73062376_2506164139472843_7410723364941070336_n

MamanAmour, Papalàhaut, AmauryDouceur, MarcRainbow

Ce flic n’affronte pas seulement le Mal.
Il combat les Ogres.

Paris, en pleine nuit. Amaury Marsac, chef de groupe à la Criminelle, découvre dans le hall d’un immeuble sa plus jeune équipière, Lise Brugguer, gisant entre la vie et la mort. Près d’elle, un cadavre d’homme à la tête explosée, mais pas d’arme.
Avant de sombrer dans l’inconscience, Brugguer lui révèle qu’elle a une fille de trois ans, qui est peut-être en danger, et que lui, Marsac, doit veiller sur elle.
Marsac est stupéfait d’apprendre l’existence de cette enfant. Et quand il la rencontre, petite fille muette aussi mystérieuse qu’attachante, la protéger devient son obsession. Mais pourquoi Brugguer était-elle dans ce hall ? Quelles étaient ses relations avec la victime, vermine criblée de dettes ? Et qui pourrait en vouloir à cette petite fille ?
Marsac va devoir démêler les faux-semblants et déterrer les secrets du passé de son équipière pour percer la vérité. Et vaincre l’Ogre…


 Coup de cœur découverte plume 

Voilà que je découvre Elsa Roch avec Le baiser de l’Ogre son troisième polar de sa saga après Ce qui se dit la nuit 2017Oublier nos promesses 2018. Il n’est pas aisé d’entrer dans l’univers d’une saga et d’un auteur en les prenant en cours de route et pourtant, je n’ai ressenti aucune difficulté. Les personnages à eux seuls m’ont accaparée.

Tout commence par un meurtre, une femme blessée : Lise Brugguer. Que faisait-elle dans le hall de cet immeuble ce soir-là ? Pourquoi n’a t’elle jamais révélé l’existence de sa fille Liv à ses coéquipiers ?
Et quels dangers entourent Liv au point de la confier à Marsac et lui faire promettre de ne rien révéler de sa présence sur les lieux du crime ?
Lise Brugguer dans un état critique, est plongée dans un coma artificiel, sa fille Liv est en danger, Marsac est son gardien, son protecteur.

Même si l’enquête parait ordinaire, entre les lettres menaçantes que reçoit Lise et la sensation d’être épié de Marsac, il s’agit d’un polar on ne peut plus tendre qui casse les codes et aborde la différence.
Liv est une petite fille autiste muette, et lumineuse, c‘est la naissance d’une relation d’abord timide, où la dévotion finit par l’emporter sur  l’appréhension.
 » Je viens de te trouver un joli surnom. Miss Butterfly. C’est joli, non, Miss Butterfly ? Ça veut dire Mlle Papillon. »

On devine un lourd passé, une infinie tristesse qui émane de Marsac certains éléments que je découvrirais un peu plus tard dans les tomes précédents, font assurément de lui la personne la plus sûre pour combattre ces Ogres ; ceux qui abîment, ceux qui n’hésitent pas à jeter leur dévolu sur les âmes innocentes, qui les affaiblissent et les détruisent. Mais tout n’est pas voué à la destruction. Prendre une revanche sur l’amour quel qu’il soit, comme celui de l’amour maternel, ce lien qui ne devrait pas se rompre est un combat de tous les instants.

Ce polar a de quoi faire fondre n’importe quel lecteur même les plus psychopathes du genre, aussi bien sur le fond que la forme avec Le Baiser de l’Ogre, Elsa Roch enterre les préjugés. Avec une telle écriture, jamais le rythme ne faiblit, jamais l’intrigue ne pâtit de ces moments de douceurs.
Les personnages sont porteurs de messages, parfois d’espoir, mais aussi une voix douloureuse de tout ce qui ne se dit pas, tout ce que l’on tait et que l’on ne veut pas voir.

Dire que j’ai été séduite est un doux euphémisme, j’ai d’emblée été transcendée, par sa plume poétique, noire, suggestive, mais d’autant plus percutante.
J’ai commencé à corner des pages et des pages tant il y a de belles tournures, jamais vide de sens et jamais au détriment de l’intrigue, alors que parfois « trop bien écrire » s’avère casse-gueule dans le polar, sa plume opère un effet hypnotique, elle reste au service des personnages et de leur histoire, il n’y a pas de fioritures inutiles ni de phrases toutes faites chez Elsa Roch.

Il y a la lumière et son obscurité,

Et Liv guerrière mutique, princesse aux yeux d’or ♥

Le baiser de l’ogre, Elsa Roch, octobre 2019 aux Editions Calmann Lévy que je remercie infiniment.

L’auteure et ses romans (Source Babélio)

Elsa Roch est psychologue spécialisée dans les troubles autistiques, l’adolescence et les addictions.En parallèle, elle écrit des polars pour explorer une à une les failles de l’être humain. »Ce qui se dit la nuit » (2017) est son premier roman. Avec « Oublier nos promesses » (2018) son deuxième roman elle remporte le Prix Polar INFINIMENT QUIBERON 2018 et le Prix des lecteurs BLOODY FLEURY 2019.
Prix Plume de bronze Du Thriller Francophone 2019. (Plume-Libre).
Elle vit près de Grenoble.

 

 

Un commentaire sur “Le Baiser de l’Ogre, Elsa Roch- Editions Calmann-Lévy Noir

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s