Polar/thriller·PREMIÈRES LIGNES·Premières Lignes

Premières Lignes #5 Les fils de la poussière – Arnaldur Indridason

Cinquième article Premières Lignes, principe mis en place par Ma Lecturothèque.

Le principe est simple : prendre un livre au hasard ou pas, au gré des envies, et citer les premières lignes.

Voici mon incontournable de la littérature noire islandaise.

 

51275677_10218347266130239_2928019432070447104_n

En préambule : J’ai choisi de vous partager les premières lignes de ce roman pour la sensibilité qu’il s’y dégage. Une sensibilité que l’on retrouve dans les polars de cet auteur, un des seuls à me plonger dans des moment mélancoliques tant ses personnages prennent de la place instantanément. Je vous laisse découvrir les premières lignes d’un roman qui m’a beaucoup touché.

LES FILS DE LA POUSSIÈRE – ARNALDUR INDRIDASON

De loin, le bâtiment ressemblait à une prison. Il n’avait été ni rénové ni entretenu depuis des années. On avait procédé à des coupes claires dans le système de santé, ces réductions budgétaires retombaient toujours sur les hôpitaux comme celui-là. Une lumière jaunâtre filtrait à chaque fenêtre, éclairant la nuit noire de l’hiver. C’était un mois de janvier glacial, l’imposante bâtisse semblait grelotter, isolée au bord de la mer, au milieu de son grand parc sombre planté d’arbres.

Palmi quitta l’abribus pour aller vers l’hôpital et remarqua que le nombre de barreaux aux fenêtres avait encore augmenté. On en ajoutait constamment. Du plus loin qu’il se souvienne, il était venu ici chaque semaine pour rendre visite à son frère. La qualité des soins dispensés aux patients avait décliné au fur et à mesure que le bâtiment s’était délabré. C’était désormais un simple entrepôt pour malades mentaux qu’on assommait de médicaments. Cet endroit avait toujours donné des frissons à Palmi. Enfant, il avait souvent refusé d’y accompagner sa mère, préférant l’attendre dehors. Maintenant qu’elle était morte, il était le seul à pouvoir rendre visite à son frère.

Les fils de la poussière, Arnaldur Indridason, Editions Métailié ( octobre 2018) traduction de Eric Boury.

Les blogueurs et blogueuses qui participent aussi à Premières Lignes : 

• La Chambre rose et noire
• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Chronicroqueuse de livres
• Les livres de Rose
• Lady Butterfly & Co
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• La Voleuse de Marque-pages
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• Les lectures d’Angélique
• Pousse de gingko• La Pomme qui rougit
• Chat’Pitre
• La Booktillaise
• Lectoplum
• Encore un livre
• Le monde de Gulia
• The Cup of Books
 Prête-moi ta plume
• Le Parfum des Mots
• Rattus Bibliotecus
• Acurlywriter
• Les lectures d’Emy
• Songes d’une Walkyrie
• Shury lecture
• Aliehobbies

Publicités

22 commentaires sur “Premières Lignes #5 Les fils de la poussière – Arnaldur Indridason

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s