Polar/thriller·Roman noir

Le Douzième Chapitre ~ Jérôme Loubry, Editions CALMANN LEVY NOIR

9782702163627-001-T

 Les souvenirs sont assassins, David. Ils obscurcissent l’esprit, ils ralentissent le cœur et fanent les sourires; 

 

Été 1986. David et Samuel ont 12 ans. Comme chaque année, ils séjournent au bord de l’océan, dans le centre de vacances appartenant à l’employeur de leurs parents. Ils font la connaissance de Julie, une fillette de leur âge, et les trois enfants deviennent inséparables.  Mais une ombre plane sur la station balnéaire et les adultes deviennent de plus en plus mystérieux et taciturnes. Puis alors que la semaine se termine, Julie disparaît.

30 ans plus tard, David est devenu écrivain, Samuel est son éditeur. Depuis le drame, ils n’ont jamais reparlé de Julie. Un jour, chacun reçoit une enveloppe. À l’intérieur, un manuscrit énigmatique relate les événements de cet été tragique, apportant un tout nouvel éclairage sur l’affaire. 

Jérôme Loubry avait fait de la ville de Detroit l’ héroïne de son premier thriller « LES CHIENS DE DETROIT », l’héroïne de son second roman LE DOUZIÈME CHAPITRE vous la rencontrerez au fil des pages, à la lecture des chapitres issus d’un manuscrit que chacun des trois personnages clés recevra à l’aube d’un événement attendu ou redouté par certains.

Des chapitres retraçant d’une incroyable précision l’été 1986 de David et Samuel..

Je pense que dans ma vie de lectrice, l’alternance passé / présent est la trame que j’ai sans doute le plus lue. Dans cette alternance, ce roman est parfaitement maîtrisé, je ne l’ai pas lâché, ou disons qu’ il ne m’a pas lâchée… ce n’est pas tout à fait la même chose ! 😉

Parfois il faut laisser mûrir l’idée que l’on se fait des qualités d’un auteur, dans LES CHIENS DE DETROIT ce sentiment d’un très bon premier thriller était présent, l’auteur avait eu le talent de créer une atmosphère plus que parfaite autour de DETROIT. Mais je n’avais pas été aussi enthousiaste que la plupart des critiques, l’enquête que je n’avais pas réussi à m’approprier reste dans ma tête toujours aussi confuse. Mais à demi-mot il était incontestable que l’auteur possédait ce quelque chose dans l’écriture qui en ferait un auteur incontournable dans le roman noir, en tout cas celui que j’aime.

Parce qu’il s’agit bien d’un roman noir, écrit à la perfection. D’une qualité littéraire que je n’avais pas relevée au précèdent opus. Cette histoire monte en puissance, l’atmosphère colle, la tension est omniprésente.

Pour être honnête, l’intrigue restera ordinaire pour certains lecteurs, j’en conviens. Mais ce roman noir m’a subtilement fait penser au ressenti de ma lecture de SEUL LE SILENCE de R.J. ELLORY, une lecture qui m’a littéralement marquée et subjuguée. C’est aussi le cas pour LE DOUZIÈME CHAPITRE de Jérôme Loubry avec ce style de savoir mener l’intrigue, cette façon littéraire de parsemer en nous les réminiscences des protagonistes. C’est une histoire élégamment envoûtante, où il m’a fallut lire et relire certaines phrases tant elle sont belles et pleine de résonances. Prendre le plaisir de laisser reposer quelques minutes la lecture, tant les révélations nous entraînent vers d’autres questions.

Je ne parle pas de rebondissements, mais de révélations car jusqu’à la fin l’intrigue reste intacte et au delà de tout soupçon. Avec si peu de personnages, il aurait été facile de voir au fur et à mesure un certain plan se dessiner. Jusqu’à la fin j’ai été saisie, jusqu’à la fin je n’ai pas été en mesure d’entrevoir un scénario possible..jusqu’à la fin l’histoire tient la route.

En accompagnant David dans la lecture de ses chapitres, à la rencontre de ses souvenirs assassins et de ses petites morts, on avance dans une intrigue palpitante et pleine de mystères…

«  Les souvenirs sont assassins, David. Ils obscurcissent l’esprit, ils ralentissent le cœur et fanent les sourires »

J’ai choisi cette citation parmi tant d’autres. À la relecture de mon avis je me rends compte que je parle d’un thriller/ roman noir. Il ne sera peut-être pas représentatif, n’utilisant pas les mêmes codes et ses mots clés pour en parler. La délicatesse d’écriture, mes ressentis émotionnels ont été les valeurs ajoutées à l’histoire, LE DOUZIÈME CHAPITRE est un roman noir, subtil, bordé de finesse et pourtant d’une très grande intensité ! Jérôme Loubry assure sa place d’excellent romancier de la littérature noire française.

Je remercie chaleureusement les éditions Calmann Lévy Noir et Jérôme Loubry pour leur confiance et pour m’avoir permis de lire ce roman en avant-première.

Le Douzième chapitre. Jérôme Loubry Calmann-Lévy Noir 19 septembre 2018 360 pages

4 commentaires sur “Le Douzième Chapitre ~ Jérôme Loubry, Editions CALMANN LEVY NOIR

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s